Chirurgie mammaire à Paris 8e :
rehaussement de la poitrine

Le rehaussement de la poitrine ou « mastopexie» est réalisé sur des seins affaissés ou ptotiques, qui « tombent » sous l’effet de la pesanteur après une grossesse, un allaitement, une perte de poids, ou tout simplement avec l’âge et parfois même sans aucune raison chez des femmes très jeunes.

Le relâchement est corrigé en enlevant de la peau afin de rétablir la fermeté de vos seins. Ainsi, vous recouvrez une aisance physique, votre féminité et une poitrine rajeunie, marquant souvent le déclic vers une vie nouvelle.

J’interviens sur l’augmentation mammaire avec la pose d’implants mammaires, le lipofilling (ou lipomodelage), la réduction mammaire et le changement de prothèses mammaires. Je traite également les malformations mammaires et les reconstructions mammaires après mastectomie plus ou moins complète pour tumeur.  Retrouvez-moi dans mon cabinet à Paris 8e, à proximité des Champs-Élysées.

Découvrez les photos avant/après.

corps femme

Rehaussement de la poitrine :
présentation des différents types de ptôse possibles

On peut distinguer deux types de ptose, qui sont parfois asymétriques :

Les ptoses par excès de volume du sein ou hypertrophie mammaire:

– chez les femmes très jeunes, adolescentes, présentant ce que l’on appelle une hyperplasie glandulaire essentielle ;

– chez les femmes plus âgées: obésité, perte de poids, grossesse, allaitement, ménopause ;

Les ptôses sans excès de volume du sein ou l’on peut distinguer trois catégories :

– les troubles congénitaux de l’élasticité de la peau retrouvés chez la jeune fille avec des vergetures prononcées précoces pouvant culminer dans le syndrome d’Ehlers Danlos, beaucoup plus fréquent qu’on ne le pense habituellement ;

– les troubles congénitaux morphologiques retrouvés également chez la jeune fille tels que les seins tubéreux ou pendulaires;

– les troubles involutifs où l’on constate une fonte du volume des seins après amaigrissement, grossesse, allaitement, ménopause, ou avec l’âge.

Rehaussement de la poitrine :
la technique la plus adaptée

Dans le cas d’un rehaussement mammaire, je réalise un lifting des seins. Cette méthode consiste à replacer l’aréole et le mamelon dans une position idéale, au sommet du cône mammaire, en enlevant l’excédent de peau et en remodelant la glande avec exérèse en cas d’excès glandulaire ou mise en place d’implants voire lipofilling, ou lipomodelage en cas d’insuffisance de volume glandulaire. De cette manière, vous obtenez un joli galbe avec des lignes harmonieuses et retrouvez ainsi votre féminité.

1 les ptôses avec excès de volume glandulaire : le traitement correspond à celle d’une cure d’hypertrophie mammaire avec réduction cutanéo glandulaire bilatérale, parfois asymétrique, selon une technique innovante et originale dans laquelle j’associe :

un pédicule porte mamelon supéro interne (A) et non supérieur complet (A+C) par conséquent moins large, et qui autorise, tout en conservant parfaitement la vascularisation de l’aréole, un enroulement vers le haut et une suture péri aréolaire plus aisée et une cicatrice plus fine, grâce aussi à l’utilisation du lambeau d’accolement, type de suture mise au point après des années d’expérience et qui me permet souvent de limiter l’élargissement des cicatrices, mon souci majeur dans ce type d’intervention (B = exérèse cutanéo glandulaire) ;

une cicatrice courte, périaréolaire (A) et verticale, s’étendant du bord inférieur de l’aréole jusqu’au niveau du sillon sous mammaire (B). Parfois, si l’excès de volume est très important, on peut être contraint à souligner l’ensemble par une courte cicatrice horizontale, située dans le sillon sous mammaire mais qui ne mesure qu’exceptionnellement plus de 5 cm.

Pédicule porte mamalon supéro interne
cicatrice courte

Je ne réalise jamais de cicatrice en «ancre de marine inversée» caractérisée par une longue cicatrice dans le sillon sous mammaire s’étendant parfois en dehors jusque dans l’aisselle et jusqu’au milieu du sternum en dedans.

Schéma des canons de beauté du sein

Un sein est toujours beau quand les proportions suivantes sont respectées :

– segment I égal à HTA* (plus 1 ou 2 cm quand le sein est volumineux et, par conséquent, un peu plus projeté vers l’avant) ;
– segment II égal à la moitié de HTA ;
– segment III égal à un tiers de HTA.

*HTA : Hémibase thoracique antérieure séparant la ligne médiane (ou médio sternale) en dedans de la face interne du bras en position pendante en dehors.

canon sein

2 les ptoses sans excès de volume mammaire: elles sont corrigées de manière variable selon chaque cas et en tenant toujours compte du souhait de chaque patiente en ce qui concerne la forme et le volume:

– en cas de troubles congénitaux de l’élasticité de la peau ou en cas d’involution tissulaire à la suite d’amaigrissement, grossesse, allaitement, ménopause ou avec l’âge : le traitement est le suivant :

• lifting cutané c’est-à-dire exérèse de peau mais sans enlever de glande. C’est la même intervention que lorsqu’il existe un excès de volume mais dans ce cas,  par définition, on n’enlève aucun volume : même technique, même cicatrice courte et avec le lambeau d’accolement selon une technique personnelle. Nombreux sont les chirurgiens qui ont tendance à associer ce lifting à la mise en place de prothèses. Dans tous les cas, il vaut mieux éviter, à mon sens, la mise en place d’implants, quand cela est possible. Des seins de bonnet B ou B +, bien remodelés, bien tendus, avec des aréoles positionnées exactement selon les canons de beauté du sein, sont souvent magnifiques et ont une pérennité de résultat.

• dans certains cas, néanmoins, on est dans l’obligation d’utiliser des implants mammaires pour obtenir un résultat de qualité. Dans ce cas, il faut toujours le poser en arrière du muscle Grand Pectoral, en dual plan et en adaptant la peau au volume mammaire nouvellement créé. Il faut toujours éviter, à mon sens, de poser la prothèse sous la peau dans le but de combler un sein « vide». Si le résultat peut être acceptable en post opératoire immédiat avec un aspect visuel donnant faussement l’impression que le sein« remonte » évitant même parfois d’effectuer une cicatrice, il faut savoir que dans l’immense majorité des cas , après quelques temps, la ptôse va récidiver et l’aspect esthétique devenir horrible;

le lipofilling ou remplissage du sein par de la graisse (ou lipomodelage), peut bien évidemment être utilisé, quand cela est possible, soit isolément, soit en association avec la mise en place d’implants et donner d’excellents résultats quand la quantité de graisse disponible est suffisante ;

– en cas de ptose d’origine morphologique, de seins tubéreux : traitement très variable selon les cas, mais où deux éléments sont essentiels à corriger :

• le recentrage de l’aréole qui est procidente en utilisant une cicatrice uniquement périaréolaire ou « round block », amélioré par une note technique personnelle toujours dans l’ optique d’éviter au maximum l’ élargissement des cicatrices et leur visibilité ;

• l’élargissement de la base du sein qui est toujours plus ou moins rétrécie, parfois d’un seul côté, en utilisant, soit des prothèses, soit l’injection de graisse ou lipofilling (ou lipomodelage), soit les deux , associées ou non à une réduction cutanée ou cutanéo glandulaire.

Rehaussement de la poitrine :
les résultats

Les résultats d’un rehaussement mammaire sont optimaux un an après l’intervention. Le galbe du sein se met en place en 4 mois et les cicatrices sont matures à l’issue de la première année et elles seront encore moins visibles à la fin de la seconde année. Mon souci permanent est d’améliorer la qualité des cicatrices par une technique de suture parfaite et innovante (le lambeau d’accolement) et une technique minutieuse mettant en adéquation l’étui cutané et le volume glandulaire restant. Il faut noter également que l’aréole et le mamelon doivent être positionnés très précisément selon des canons de beauté du sein que j’ai pu déduire à la suite de multiples mesures depuis près de 20 ans.

On retrouve alors un galbe harmonieux, symétrique et naturel. Vous retrouvez également une vie plus simple : votre corps est rééquilibré, la pratique du sport n’est plus une souffrance, les possibilités vestimentaires sont élargies et votre état psychologique s’améliore. Vous retrouvez votre féminité, votre estime et votre confiance en vous par dissolution progressive de vos complexes.

Chirurgie mammaire :
les complications possibles

Les complications d’une mastopexie sont rares mais existent. Il convient que mes patientes soient informées des possibles risques liés à la correction d’une ptôse mammaire. Ces risques sont en fait calqués sur ceux de la réduction mammaire pour hypertrophie. En cas de pose d’implants associés, les complications propres aux prothèses mammaires s’ajoutent aux précédentes.

Il existe en plus un risque non négligeable qui est celui de la récidive de la ptôse qui doit être toujours mise en balance avec le volume désiré par la patiente. En effet, plus le volume désiré est important, plus le risque de ptôse secondaire est précoce et augmenté.

Au chirurgien de trouver des solutions en concertation avec sa patiente pour éviter cette complication.

De toute évidence, les résultats sont le plus souvent très beaux avec un rééquilibrage des lignes dynamiques, épurées et naturelles de votre poitrine , vous permettant de réaffirmer votre personnalité et votre féminité par dissolution progressive de vos complexes.

picto 20

Plus de 20 ans d’expérience

pictos conseils

Conseils personnalisés pour votre bien-être

picto mains

Prise en charge globale de chaque patient en pré- et postopératoire

picto satisfaction

Suivi personnalisé jusqu’à satisfaction complète