Chirurgie mammaire à Paris 8e :
photos avant/après

Implants mammaires

Cas 1

cas 1 avant
cas 1 avant
cas 1 avant

Chez cette patiente, l’HTA mesure 16,5 cm, le segment I :17 cm, le segment II : 8 cm et le segment III : 3,5 cm.
Ainsi, le segment III est trop court et doit être allongé pour mesurer 6 cm après l’opération. C’est en abaissant le sillon sous mammaire lors de la pose de la prothèse que l’ on augmente la longueur du segment III.

Avant

Patiente de 22 ans présentant une hypotrophie mammaire moyenne, avec asymétrie et légère ptôse. On note un défaut de tension de la peau et une faible projection du sein. De plus, il existe une dépression sur le sein, en avant de l’aisselle et de la partie supéro- interne du bras, qui est assez prononcée et qui devra être comblée par la prothèse.

canon sein
cas 1 après
cas 1 après
cas 1 après

Après

Dans ce cas d’augmentation mammaire, implantation de prothèses de 275 cc de volume, remplies de gel de silicone, rondes, lisses et posées en arrière du muscle Grand Pectoral par une voie d’abord hémi aréolaire inférieure.
Les prothèses sont d’un diamètre assez important (13,1 cm) de manière à permettre un abaissement du sillon sous mammaire vers le bas et, en même temps, un comblement de la dépression supéro- externe, vers le haut , juste en avant et au-dessous de l’aisselle. En revanche, la hauteur des prothèses est faible (2,7 cm) de façon à donner un aspect très naturel (marque Mentor*).
Ma patiente est ravie par les lignes dynamiques et naturelles de sa nouvelle poitrine qui correspondent parfaitement à son souhait préopératoire que ce soit en position immobile qu’en mouvement.

cas 1 modèle

Photo du modèle trouvé dans la presse par ma patiente avant l’opération et correspondant à son souhait.

cas 1 avant

La poitrine de ma patiente avant l’intervention.

cas 1 après

La poitrine de ma patiente après l’intervention. On constate les similitudes avec la photo du modèle et donc l’importance des photos pré opératoires qui prennent en compte le volume et aussi la forme tant désirés. La fameuse manœuvre de la prothèse mise dans le soutien-gorge sous un vêtement et que beaucoup de chirurgiens pratiquent encore me semble vraiment obsolète…La simulation informatique est intéressante mais il manque l’acte de recherche et d’identification qui me semble très important à la réussite tant morphologique que psychologique de cette intervention.

Cas 2

cas 2 avant
cas 2 avant
cas 2 avant

Avant

Patient de 20 ans, présentant une hypotrophie mammaire modérée avec :
–un défaut de projection des seins ;
–un pôle supérieur trop plat, sans bombement ;
–une absence de « pigeonnement » interne ;
–une dépression très marquée en avant de l’ aisselle (encore appelée « coup de hache externe ») ;
–un sillon sous mammaire haut situé, le segment III étant trop court.

cas 2 après
cas 2 après
cas 2 après

Après

Mise en place de deux prothèses de 350 cc, de marque Mentor*, remplies de gel de silicone, rondes, à la paroi lisse, posées en arrière du muscle Grand Pectoral. Ces prothèses sont larges (12,8 cm de diamètre) et modérément projetées (4 cm de hauteur) donc assez plates, et donnant ainsi des résultats plus naturels .
Ces photos sont prises 3 mois après l’intervention : l’aspect est encore un peu tendu et le pôle inférieur du sein manque de souplesse et de « déroulement ».
L’aspect ne peut être jugé qu’un an après l’intervention et je dirais même que l’aspect définitif ne s’évalue qu’à la fin de la 2 ième année.
Ma patiente est ravie d’autant que, grâce à ces prothèses rondes et lisses, ses seins glissent naturellement vers l’extérieur lors du passage en position allongée.

Cas 3

cas 3 avant
cas 3 avant
cas 3 avant

Avant

Patiente présentant une absence presque complète de glande mammaire et une aréole d’un diamètre très faible. La couche adipeuse sous cutanée est aussi très fine.

cas 3 après
cas 3 après
cas 3 après

Après

Pour traiter ce cas d’hypotrophie mammaire majeure, mise en place de prothèses remplies de gel de silicone, de 300 cc (correspondant à une augmentation d’un bonnet et demi), lisses, en position rétro pectorale, d’un diamètre de 12 cm et d’une projection de 3,6 cm.
La voie d’abord est double : axillaire et hémi mamelonnaire supérieure à cause de l’étroitesse des aréoles qui n’autorisent pas le passage des prothèses choisies qui sont trop volumineuses. Les prothèses sont introduites par les aisselles et, dans ce cas, j’ai ajouté une courte incision mamelonnaire pour abaisser minutieusement le sillon sous mammaire et coaguler tous les vaisseaux sanguins du pole inférieur du sein. Dans certains cas, j’ai recours à l’endoscopie.
À noter qu’ici, les prothèses sont posées en arrière du muscle Grand Pectoral mais aussi en arrière des muscles Serratus qui recouvrent les faces latérales du thorax de façon à éviter au maximum les plis latéraux surtout en position penchée en avant ou latéralement (technique personnelle).
Ma patiente est très satisfaite car ses seins sont souples et relativement mobiles. Il n’existe pas de plis cutanés en position penchée vers l’avant.

Cas 4

cas 4 avant
cas 4 avant
cas 4 avant

Avant

Jeune fille de 17 ans, très complexée par le volume et surtout la forme de sa poitrine.
En effet, on note un « coup de hache externe » très marqué et un sillon sous mammaire haut situé avec une absence quasi complète de pôle inférieur du sein.

cas 4 après
cas 4 après
cas 4 après

Après

Cette hypotrophie mammaire est traitée par la mise en place d’implants mammaires de 400 cc, remplis de gel de silicone, lisses, posés en position rétro pectorale, avec une loge élargie en dehors, autorisant un déplacement de la prothèse vers l’extérieur lorsque la patiente s’allonge. L’effet obtenu est très naturel, notamment en mouvement.
La longueur du segment III a été quasiment doublée. Elle atteint 6,5 cm ce qui correspond au tiers de la longueur de H T A (hémi-base thoracique antérieure) en accord avec les canons de beauté du sein que j’ai définis précisément suite à l’expérience de très nombreuses mesures.

canon sein

Ma jeune patiente est ravie, sa nouvelle poitrine s’harmonisant au reste de son corps et présentant des courbes très naturelles et très souples en position immobile ou en mouvement.

Cas 5

cas 5 avant
cas 5 avant
cas 5 avant

Avant

Je ne patiente de 18 ans présentant une hypotrophie mammaire moyenne, un déficit de volume et une forme un peu étriquée surtout dans le pôle inférieur du sein.

cas 5 après
cas 5 après
cas 5 après

Après

Dans ce cas d’hypotrophie mammaire moyenne, implantation de prothèses mammaires de 400 cc, d’ un diamètre de 12,2 cm et de 5 cm de projection. Ce volume assez important est désiré par ma patiente et validé.
Ces prothèses sont remplies de gel de silicone, rondes, lisses, posées par voie d’abord hémi-aréolaire inférieure, en position rétro pectorale.
On note un abaissement du sillon sous mammaire et un allongement conséquent du segment III. Il existe presque une légère ptose, ce qui donne un aspect très naturel.
De plus, comme à chaque fois, la dépression, située en avant de l’aisselle et de la partie supérieure du bras, que j’ai appelée le « coup de hache externe », est parfaitement comblée ce qui accentue encore le naturel du résultat et que beaucoup de chirurgiens, à mon sens, oublient.
Ma patiente est très satisfaite d’autant que ses seins sont très souples et extrêmement mobiles.

Cas 6

cas 6 avant
cas 6 avant
cas 6 avant

Avant

Dans ce cas d’hypotrophie mammaire moyenne, implantation de prothèses mammaires de 400 cc, d’ un diamètre de 12,2 cm et de 5 cm de projection. Ce volume assez important est désiré par ma patiente et validé.
Ces prothèses sont remplies de gel de silicone, rondes, lisses, posées par voie d’abord hémi-aréolaire inférieure, en position rétro pectorale.
On note un abaissement du sillon sous mammaire et un allongement conséquent du segment III. Il existe presque une légère ptose, ce qui donne un aspect très naturel.
De plus, comme à chaque fois, la dépression, située en avant de l’aisselle et de la partie supérieure du bras, que j’ai appelée le « coup de hache externe », est parfaitement comblée ce qui accentue encore le naturel du résultat et que beaucoup de chirurgiens, à mon sens, oublient.
Ma patiente est très satisfaite d’autant que ses seins sont très souples et extrêmement mobiles.

cas 6 après
cas 6 après
cas 6 après

Après

Dans ce cas d’ hypotrophie mammaire moyenne , il a été implanté des prothèses de gel de silicone de 375 cc, de 14,4 cm de largeur et de 3,2 cm de projection donc relativement plates. Il s’agit de prothèses rondes, lisses, mises en place par une voie d’abord hémi-aréolaire inférieure, cicatrice qui est encore un peu visible au vu de la précocité du cliché réalisé.
Le segment III est déroulé avec un pôle inférieur du sein bien rond et un « coup de hache externe » qui a complètement disparu. La présence de cette dépression en avant de la partie supérieure du bras signe la présence de prothèses mammaires quand elle persiste après mise en place d’implants.
Notre patiente est très satisfaite du résultat, ses prothèses restant très mobiles latéralement et sa poitrine très souple à la palpation.

Cas 7

cas 7 avant
cas 7 avant
cas 7 avant

Avant

Patiente de 35 ans, qui présente, à la suite de deux grossesses, une légère fonte glandulaire (passage d’un bonnet C à un bonnet B).
Cette patiente désire retrouver le volume d’antan.

cas 7 après
cas 7 après
cas 7 après

Après

Mise en place de prothèses de 200 cc, remplies de gel de silicone, larges, de diamètre de 11,8 cm pour une projection faible de 2,4 cm. Ces prothèses lisses, sont posées en arrière du muscle Grand Pectoral par une voie d’abord hémi- aréolaire inférieure.
Cette patiente n’aime ni l’aspect pigeonnant, ni le débord latéral trop marqué.
Elle est ravie par ce résultat naturel, souple, et qui correspond exactement à la poitrine de ses 20 ans.

Cas 8

cas 8 avant
cas 8 avant
cas 8 avant

Avant

Patiente de 25 ans, présentant une hypotrophie mammaire associée à une forme typique de petits seins : sillon sous mammaire trop haut situé et dépression latérale en regard de l’aisselle et de la partie haute de la face interne du bras très marquée.
De plus, elle présente une asymétrie mammaire avec un sillon sous mammaire droit plus marqué et plus haut situé que le gauche.
Ma patiente désire une augmentation de volume importante.

cas 8 après
cas 8 après
cas 8 après

Après

Le traitement de cette hypotrophie mammaire a imposé l’implantation de prothèses mammaires de 400 cc, remplies de gel de silicone, rondes, à paroi lisse, posées en position rétro pectorale, par voie d’abord hémi-aréolaire inférieure.
La symétrie a été correctement jugulée et les cicatrices sont encore visibles, les clichés étant pris seulement 2 mois après l’opération. L’aspect définitif des cicatrices ne peut être jugé qu’un an après l’opération et doivent faire l’objet de soins quotidiens pendant au moins 8 mois.
La patiente est ravie du résultat. Son thorax est maintenant en harmonie avec le reste de son corps et son complexe a complètement disparu.

Cas 9

cas 9 avant
cas 9 avant
cas 9 avant

Avant

Patiente de 28 ans, qui après une grossesse, a présenté une légère fonte glandulaire. Il existe surtout une asymétrie des seins avec un sillon sous mammaire droit très haut situé et une ptose de ce même côté.
La patiente souhaite une augmentation de volume modéré mais surtout une correction de cette asymétrie.

cas 9 après
cas 9 après
cas 9 après

Après

Pour la correction de cette hypotrophie mammaire, nous avons implanté des prothèses de 325 cc, remplies de gel de silicone, rondes, d’un diamètre de 12,3 cm pour une projection de 3,8cm correspondant à des prothèses de profil modéré ou peu projeté.
Les prothèses ont été posées en arrière du muscle Grand Pectoral , par voie d’abord hémi-aréolaire inférieure.
De façon à symétriser et à effacer le sillon sous mammaire droit, j’ai proposé une seconde voie d’abord sous-cutanée, descendant de la voie d’ abord aréolaire initiale,  de manière à libérer les adhérences très ténues s’ étendant sous la peau du sillon .
Le résultat satisfait pleinement ma patiente. Les seins sont naturels, souples et mobiles, en accord avec les canons de beauté du sein que j’ai précédemment définis.

Cas 10

cas 10 avant
cas 10 avant
cas 10 avant

Avant

Patiente de 41 ans, ayant deux enfants, présentant une hypotrophie mammaire moyenne avec asymétrie ressemblant au cas 8.

cas 10 après
cas 10 après
cas 10 après

Après

Le traitement de cette hypotrophie mammaire a consisté en la pose de prothèses de 400 cc, remplies de gel de silicone, lisses, en position rétro pectorale, de profil modéré (14,5 cm de diamètre pour seulement 3,2 cm  de projection), les implants de profil modéré donnant toujours, à mon sens,  de plus beaux résultats .
Le sillon sous mammaire a été largement abaissé et a nécessité une seconde voie d’abord sous-cutanée afin de l’ affaisser complètement et d’éviter qu’il soit visible en postopératoire. Le « coup de hache externe » est parfaitement comblé.
Selon le désir de ma patiente, ses seins sont pigeonnants et il persiste encore une légère asymétrie dont la patiente a été prévenue avant l’opération et qui n’a pu être complètement corrigée par la mise en place des implants. Les cicatrices sont encore visibles, les clichés étant effectués seulement 2 mois après l’opération. L’aspect des cicatrices ne pourra être apprécié qu’au bout d’un an d’évolution.
Ma patiente est ravie du résultat, conforme à son désir préopératoire. Son complexe a complètement disparu. Elle a aussi mis au monde un troisième enfant et la lactation a été possible ce qui n’est pas toujours, ni réalisable, ni même souhaitable.

Cas 11

cas 11 avant
cas 11 avant
cas 11 avant

Avant

Patiente de 21 ans, présentant une hypotrophie mammaire relative avec asymétrie, le sillon sous mammaire gauche étant plus haut que le droit.
Le segment III ne mesure que 4 cm, alors que, selon les canons de beauté des seins, il devrait mesurer 7 cm. La patiente possède un thorax très large doté d’une hémi-base thoracique à 20,5 cm (pour une moyenne à 16,5cm), ce qui autorise une augmentation de volume importante qui est souhaitée par ma patiente.

cas 11 après
cas 11 après
cas 11 après

Après

Cette hypotrophie mammaire a été traitée par la mise en place d’implants de 500 cc, de profil modéré (15,2 cm de diamètre pour une hauteur de 3,6 cm). Il s’agit de prothèses remplies de gel de silicone, rondes, à paroi lisse, posées en position rétro musculaire, par voie d’abord hémi-aréolaire inférieure.
Le résultat à 6 mois montre la persistance d’une légère asymétrie avec notamment l’aréole gauche légèrement plus haut située que la droite, ce qui était le cas avant l’intervention et dont j’avais prévenu ma patiente.
En revanche les deux sillons sont situés au même niveau.
Ma patiente est très satisfaite.

Cas 12

implant 12 avant
implant 12 avant
implant 12 avant

Avant

Patiente de 55 ans présentant une hypotrophie mammaire surtout marquée au pôle inférieur des seins.
Les sillons sous mammaires sont trop haut situés et le segment III est trop court.

implant 12 après
implant 12 après
implant 12 après

Après

Cette hypotrophie mammaire a été traitée par implantation de prothèses de gel de silicone de 300 cc de volume ce qui correspond à une augmentation d’environ un bonnet et demi. Ces prothèses sont assez plates, de 13,5 cm de diamètre pour une projection de 2,7 cm, rondes, à la paroi lisse, posées en position rétro musculaire.
On note que les sillons sous mammaires ont été abaissés, le segment III passant de 3 cm à 6 cm, en accord avec les canons de beauté des seins. En effet, le segment III doit mesurer un tiers de l’hémi-base thoracique antérieure qui est, chez cette patiente, de 18 cm (moyenne : 16,5 cm). Pour accéder à plus de précisions, consultez le schéma du cas 1 proposé ci-dessus.
Les courbes de la poitrine sont harmonieuses et naturelles. Beaucoup de souplesse à la palpation et de mobilité aux mouvements sans aucun pli visible quelles que soient les positions du thorax.

Lipofilling ou Lipomodelage

Cas 1

Dr Patrice HILLIGOT Lipofilling ou lipomodelage seins avant def face
Dr Patrice HILLIGOT Lipofilling ou lipomodelage seins avant def trois quart
Dr Patrice HILLIGOT Lipofilling ou lipomodelage seins après profil def

Patiente de 36 ans ayant des prothèses mammaires depuis 12 ans, remplies de gel de silicone, anatomiques, de 280 cc, de marque Mac Gahn.
Apparition 4 ans après cette intervention d’une maladie auto-immune appelée lupus érythémateux aigu disséminé. Cette pathologie se traduit par une chute de cheveux, des douleurs articulaires très invalidantes, un masque avec plaques cutanées sur le visage, une diminution du nombre de plaquettes, le tout étant confirmé par une sérologie positive.
Les différents médecins consultés par cette patiente lui prescrivent de la cortisone pendant deux ans sans véritable amélioration clinique.
Il apparaît, dans le même temps, une « coque » du sein gauche qui durcit progressivement et change de forme en s’ arrondissant.
Aucun des chirurgiens plasticiens qu’elle a pu consulter auparavant n’a décidé d’ enlever les prothèses.
Après consultation, décision d’ ablation des prothèses et de comblement graisseux des deux seins par lipofilling ou lipomodelage, le volume de la poitrine passant d’un bonnet 90 C à un bonnet 90 B, selon le souhait de ma patiente qui désire une poitrine moins volumineuse et surtout plus naturelle.
La graisse a été prise à la face externe des cuisses et dans les régions lombaires. 500 ml de graisse pure ont été injectés dans chaque sein.
Six mois après, disparition de tous les signes cliniques du lupus et normalisation de la thrombopénie ainsi que des anticorps.
L’aspect esthétique est beaucoup plus naturel et harmonieux.
En conclusion, toujours enlever les implants mammaires d’une femme qui développe une maladie auto-immune.
De la même façon, ne jamais poser de prothèse chez une femme qui souffre initialement d’une maladie auto-immune.

Dr Patrice HILLIGOT Lipofilling ou lipomodelage seins après face
Dr Patrice HILLIGOT Lipofilling ou lipomodelage seins après trois quart
Dr Patrice HILLIGOT Lipofilling ou lipomodelage seins après profil def

Réduction mammaire

Cas 1

reduction mammaire face avant
reduction mammaire 3 quarts avant
reduction mammaire profil avant

Avant

Jeune femme de 25 ans présentant, après deux grossesses, une hypertrophie mammaire bilatérale avec ptôse. On constate de nombreuses vergetures et une ptôse mesurée à 5 cm.

reduction mammaire face apres
reduction mammaire 34 apres
reduction mammaire profil apres

Après

Un an après réduction mammaire cutanéo glandulaire de 385 g par côté, les aréoles mesurent 5 cm de diamètre, sont symétriques et placées au sommet du cône mammaire à 16,5 cm de la fourchette sternale (segment I), 8 cm de la ligne médio sternale (segment II), 6 cm du sillon sous mammaire (segment III).

À noter que l ´hémi base thoracique antérieure  (HTA) mesure 16,5 cm et correspond à la ligne horizontale s’ étendant du milieu du thorax (ligne verticale médio sternale) jusqu’à la ligne verticale de la face interne du bras pendant.

canon sein

Selon des canons de beauté qui me sont personnels mais que j’ai pu vérifier à la suite de milliers de mesures effectuées sur mes patientes, le sein est beau quand :
–le segment I est égal à HTA ;
–le segment II  est égal à la moitié de HTA;
–le segment III est égal à un tiers de HTA.

Il n’existe aucune cicatrice dans le sillon sous mammaire.
Malgré les vergetures, le résultat est stable et de bonne qualité donnant entière satisfaction à ma jeune patiente qui, comme on peut le remarquer sur le cliché de profil en postopératoire, se tient parfaitement droit, ses douleurs dorsales ayant disparues.

Cas 2

réduction 1 avant
réduction 1 avant
réduction 1 avant

Avant

Hypertrophie mammaire importante, juvénile dite « essentielle », chez une jeune fille de 18 ans.
On remarquera qu’il est préférable d’opérer avant l’apparition de vergetures et par conséquent sans attendre une éventuelle grossesse.
Les résultats esthétiques d’une réduction mammaire sont meilleurs quand la peau conserve une bonne élasticité, avant l’apparition de la ptose et de vergetures

réduction 1 après
réduction 1 après
réduction 1 après

Après

Résultat un an après une réduction mammaire bilatérale emportant 580 g de tissu par côté, selon une technique personnelle associant :
–un pédicule porte mamelon assurant la vascularisation de l’aréole uniquement supéro- interne permettant un remodelage et une suture de l’aréole plus aisés ;
–une cicatrice encore visible mais, courte, circulaire située autour de l’aréole et verticale, s’ étendant vers le bas de l’aréole jusqu’au sillon sous mammaire . Il n’existe aucune cicatrice dans ce sillon;
–les cicatrices ont fait l’objet d’une suture innovante appelée « lambeau d’accolement » évitant au maximum l’élargissement cicatriciel.
L’aspect cicatriciel définitif ne peut être jugé qu’ un an et demi après l’opération et après une légère exposition solaire.

Cas 3

réduction 2 avant
réduction 2 avant
réduction 2 avant

Avant

Hypertrophie mammaire importante chez une jeune fille de 18 ans avec ptose sans asymétrie et sans vergetures.

réduction 2 après
réduction 2 après
réduction 2 après

Après

Résultats à un an après réduction mammaire cutanéo glandulaire de 420 g par sein effectuée selon une technique personnelle avec cicatrice définitive courte uniquement péri aréolaire et verticale. Absence de cicatrice dans le sillon sous mammaire.

cicatrice postoperatoire immediat

Cicatrice en postopératoire immédiat

On note la présence d’un bourrelet disgracieux, le trait cicatriciel étant situé à son sommet.
Les agrafes sont très peu pro inflammatoires, beaucoup moins que les fils et notamment que les surjets intradermiques utilisés par de nombreux chirurgiens. Elles permettent d’obtenir, à mon sens, des cicatrices de bien meilleure qualité.
Ces agrafes sont placées uniquement pour affronter les berges, peu serrées, et de façon très minutieuse et précise afin d’éviter au maximum l’élargissement de la cicatrice. Elles sont ôtées très rapidement, au 7ième jour postopératoire.
Le bourrelet disparaît toujours en 4 à 5 semaines. Cette cicatrice est très laide au début.
Chacune de mes patientes est prévenue à l’avance.
L’acceptation en est très facile.

cicatrice apres 5 mois

Cicatrice après 5 mois

L’aréole est parfaitement ronde. Le bourrelet a totalement disparu et a permis de protéger le trait cicatriciel de l’élargissement.
Il n’y a aucun phénomène inflammatoire.
Ma jeune patiente est ravie.

Cas 4

réduction 3 avant
réduction 3 avant
réduction 3 avant

Avant

Jeune femme de 21 ans, sans enfant, présentant une hypertrophie mammaire de moyenne importance, symétrique, avec ptôse et élargissement des aréoles à 10 cm de diamètre.

réduction 3 après
réduction 3 après
réduction 3 après

Après

Réduction mammaire bilatérale avec porte mamelon supéro- interne et cicatrice définitive uniquement verticale, emportant 410 g de tissu par sein.
La technique de suture est innovante et personnelle appelée « lambeau d’accolement ».
Le résultat à 6 mois montre une belle symétrie, des aréoles bien rondes et une cicatrice peu élargie qui me semble peu visible.
Les marques dans la peau sont dues au port d’un soutien-gorge trop serré.

Cas 5

réduction 5 avant
réduction 5 avant
réduction 5 avant

Avant

Jeune patiente de 20 ans, sans enfant, présentant une hypertrophie mammaire importante, avec ptôse et légère asymétrie, sans vergetures. Les aréoles sont mesurées à 7 cm de diamètre pour une normale à 5.

réduction 5 après
réduction 5 après
réduction 5 après

Après

Réduction mammaire bilatérale selon une technique personnelle emportant 540 g de tissu à droite et 580g à gauche.
Le résultat à 9 mois note des aréoles bien rondes, symétriques, entourées d’une cicatrice peu visible (les petites taches blanchâtres ne sont pas définitives). La cicatrice verticale est, elle aussi, discrète. Il n’existe aucune cicatrice dans le sillon sous mammaire.
Les cicatrices ont été effectuées selon une technique innovante que j’ai nommée « lambeau d’accolement » et qui tente de limiter au maximum l’élargissement et la visibilité des cicatrices.
L’aspect cicatriciel est toujours jugé au mieux un an et demi après l’intervention.

Cas 6

réduction 6 avant
réduction 6 avant
réduction 6 avant

Avant

Volumineuse hypertrophie mammaire avec ptôse importante chez une femme de 28 ans ayant deux enfants.

réduction 6 après
réduction 6 après
réduction 6 après

Après

Résultat à trois mois après exérèse de 650 g de tissu par seins.
Il existe, dans ce cas ,une cicatrice dans le sillon sous mammaire mesurant seulement 5 cm de longueur.
On note une cicatrice péri aréolaire encore inflammatoire, le 3 et 4 ième mois correspondant habituellement à la période où les cicatrices sont les plus rouges et les plus épaisses sachant que cet aspect est très variable selon chaque patiente.
Il est très important de traiter les cicatrices de façon adaptée pendant au moins 8 mois après l’opération.
Une consultation toute les 5 à 6 semaines est donc nécessaire jusqu’à la fin de la première année afin de d’ adapter précisément le traitement local, gage de la qualité de la cicatrice définitive.
Ma patiente est très satisfaite.

Cas 7

réduction 7 avant
réduction 7 avant
réduction 7 avant

Avant

Volumineuse hypertrophie mammaire chez une femme de 22 ans avec asymétrie et hypertrophie des aréoles.

réduction 7 après
réduction 7 après
réduction 7 après

Après

Résultat à trois mois d’une réduction de l’hypertrophie par une technique personnelle emportant 420 g de tissu à gauche et 560g à droite.
On note une légère asymétrie des aréoles mais qui restent néanmoins bien placées au sommet du cône mammaire à 17 cm de la fourchette sternale (segment I), 8,5 cm de la ligne médio sternale (segment II) et 6 cm du sillon sous mammaire (segment III), selon des canons de beauté du sein parfaitement définis en préopératoire. L’ hémi base thoracique antérieure (HTA) mesure 17 cm.( voir le schéma des canons de beauté du sein dans le cas 1)
Il est à noter que selon une étude personnelle portant sur 400 femmes, la ligne horizontale que j’ai nommée hémi base thoracique antérieure (HTA) et qui relie la ligne verticale médiane du thorax ou médio sternale à la ligne également verticale et latérale représentée par la face interne du bras pendant, mesure en moyenne 16,5 cm (de 13,5 à 21 cm).
À partir de HTA, on peut en déduire le segment 1 qui s’ étend du creux sus sternal positionné à la base du cou (ou fourchette sternale) et descend en bas et en dehors jusqu’à la limite supérieure de l’ aréole , le segment 2 qui s’étend horizontalement de la ligne médio sternale jusqu’à l’ aréole et enfin le segment 3 descendant verticalement de l’ aréole jusqu’au sillon sous mammaire.
À mon sens, le sein est toujours beau quand, en l’absence de ptôse et pour une aréole de diamètre 5 cm :
–le segment I est égal à HTA (plus 1 ou 2 cm si le sein est volumineux et donc plus projeté vers l’avant) ;
–le segment II est égal à la moitié de HTA;
–le segment III est égal à un tiers de HTA.
Ma patiente est heureuse du résultat.

Cas 8

réduction 8 avant
réduction 8 avant
réduction 8 avant

Avant

Femme de 72 ans présentant une hypertrophie mammaire importante avec ptôse évoluant progressivement depuis la ménopause.

réduction 8 après
réduction 8 après
réduction 8 après

Après

Résultat à 4 mois après une réduction mammaire bilatérale emportant 760 g de tissu par sein, toujours confié à l’histologiste pour examen anatomopathologique.
La cicatrice est localisée autour de l’aréole, puis descend verticalement jusqu’au sillon sous mammaire , et se termine horizontalement dans le sillon sans jamais dépasser 5 cm de longueur.
La cicatrice péri aréolaire est légèrement élargie à cause de la peau qui possède une tonicité moyenne.
Ma patiente est ravie du résultat.

Cas 9

réduction 9 avant
réduction 9 avant
réduction 9 avant

Avant

Patiente de 38 ans, trois enfants, présentant une hypertrophie mammaire peu importante avec asymétrie et ptôse.
Les aréoles sont trop larges.

réduction 9 après
réduction 9 après
réduction 9 après

Après

Résultat à six mois après une réduction mammaire bilatérale et asymétrique, emportant 300 g de tissu à gauche et 380 g à droite.
Il s’agit d’une technique personnelle avec pédicule porte mamelon supéro- interne, cicatrice courte, péri aréolaire et verticale, sans aucun trait cicatriciel dans le sillon sous mammaire.
Je ne pratique jamais de cicatrice en « ancre de marine inversée », très classique, mais offrant une cicatrice dans le sillon sous mammaire qui est inutile, trop longue, trop visible notamment quand la patiente est allongée sur le dos. La cicatrice dans le sillon ne doit jamais dépasser, à mon sens, 5 cm de longueur.
Cette cicatrice a été effectuée selon une technique innovante et personnelle appelée « lambeau d’accolement ».
Néanmoins, on peut constater un léger élargissement notamment dans la partie supérieure des aréoles.
Ma patiente est très satisfaite du résultat final.

Changement de prothèses

Cas 1

changement 1 avant
changement 1 avant
changement 1 avant

Avant

Patiente de 32 ans traitée pour la cure d’une hypotrophie mammaire 10 ans auparavant. Elle possède des prothèses en gel de silicone, posées en arrière du muscle Grand Pectoral, par voie d’abord et hémi-aréolaire inférieure.
Les prothèses sont texturées et anatomiques. On constate une déformation des seins par rotation de ces prothèses anatomiques vers l’extérieur. Il s’agit de la complication habituelle de ce type de prothèses et c’est aussi pour cette raison que je n’en pose plus.
De plus les prothèses ne sont pas assez larges et trop projetées vers l’avant.
Il existe une dépression en avant de l’aisselle ou « coup de hache externe » qui est très marquée. À la palpation, les seins sont un peu fermes (stade II de Becker) par épaississement de la membrane péri prothétique (ou capsule) et n’ont aucune mobilité sur la paroi thoracique.

changement de prothese apres
changement de prothese apres
changement de prothese apres

Après

Par une voie d’abord et hémi-aréolaire inférieure, incision glandulaire puis musculaire et ablation des prothèses préexistantes.
Élargissement de la loge sans capsulectomie. Cette loge est élargie de manière importante en dehors, vers le haut et également vers le bas.
Mise en place de prothèses remplies de gel de silicone, de 300cc de volume, ronde, de diamètre 13,5 cm et de hauteur 2,7cm ce qui correspond à des prothèses très plates donnant toujours des résultats plus naturels que les prothèses moins larges et plus projetées vers l’ avant.
On note que les seins sont plus  « pigeonnants », sont élargis vers l’extérieur avec comblement du « coup de hache externe » . Ils semblent plus petits alors que les prothèses nouvellement posées sont plus volumineuses de 50 cc.
La poitrine est souple à la palpation et mobile lors du passage en position allongée grâce au glissement des prothèses vers l’extérieur dans leur loge respective sur environ 1 cm.
Les courbes de la poitrine sont plus naturelles est plus harmonieuses.
La patiente est ravie du résultat.

Cas 2

changement 2 avant
changement 2 avant
changement 2 avant

Avant

Patiente de 55 ans ayant subi la cure d’une hypotrophie mammaire par mise en place d’implants 15 ans auparavant. On constate une diminution du volume des implants, leur sphérisation et leur visibilité. Les seins sont affaissés par-dessus les implants qui restent fixes, maintenus en arrière des muscles pectoraux.

changement 2 après
changement 2 après
changement 2 après

Après

coup de hache

Par voie d’abord hémi-aréolaire inférieure, incision glandulaire puis musculaire et ablation des deux prothèses. Ce sont des prothèses rondes, de 200 cc de volume, de faible diamètre et très projetées.
Décision de poser des prothèses beaucoup plus larges permettant de donner un aspect plus « pigeonnant » en dedans et de combler le « coup de hache externe » en dehors

On pratique également un abaissement du sillon sous mammaire avec allongement du segment III.
Les nouvelles prothèses ne sont pas plus projetées mais leur largeur est plus importante. Ainsi que l’abaissement du sillon sous mammaire permet de corriger l’affaissement cutané ou ptose.
Ma patiente est très satisfaite du résultat.

Cas 3

changement 3 avant
changement 3 avant
changement 3 avant

Avant

Patiente de 26 ans, opérée 5 ans auparavant d’une cure de seins tubéreux.
On note à gauche, un pli dans le pôle inférieur du sein par persistance du sillon sous mammaire représentant une complication typique du sein tubéreux. La prothèse est soulevée et modifie complètement la forme de la poitrine
Du côté droit, l’ancien sillon sous mammaire est invisible mais la prothèse est un peu trop haut située avec un segment III trop court. Le sein n’est pas suffisamment projeté.

changement 3 après
changement 3 après
changement 3 après

Après

Par voie d’abord hémi- aréolaire inférieure, ablation des prothèses préexistantes qui sont intactes, remplies de gel de silicone, très projetées et à base étroite.
Mise en place de prothèses plus larges de diamètre 13,1cm et d’une projection de 2,7 cm pour un volume de 275 cc. Ce sont des prothèses très plates.
Le sillon sous mammaire est abaissé de chaque côté et une voie d’abord sous-cutanée partant de l’aréole et effondrant la zone de rétraction a été nécessaire afin d’harmoniser les contours du pôle inférieur du sein gauche.
Ma patiente est ravie du résultat.

Cas 4

changement 4 avant
changement 4 avant
changement 4 avant

Avant

Patiente de 18 ans ayant subi la cure d’une hypotrophie mammaire 8 mois auparavant. On constate des prothèses trop volumineuses et surtout posées trop bas avec un sillon sous mammaire trop bas situé. Les aréoles sont en position asymétriques, l’aréole gauche regardant en dehors et étant plus haute que la droite. Je préviens ma patiente que cette anomalie ne pourra pas être complètement corrigée par l’opération.

changement 4 après
changement 4 après
changement 4 après

Après

Reprise de la voie d’abord et hémi-aréolaire inférieure et ablation des prothèses en gel de silicone, ronde, de 500 cc.
Par voie d’abord interne et par l’intérieur de la loge elle-même, création d’un nouveau sillon sous mammaire situé 3 cm plus haut que le précédent.
Implantation de prothèses rondes, lisses, en gel de silicone, de 350 cc, d’un diamètre de 14,2cm pour une projection de 3,1 cm.
On note que les sillon sous mammaires sont situés au même niveau mais l’ aréole gauche reste  un peu plus haute que la droite, comme prévu en préopératoire.
Ma jeune patiente est très satisfaite du résultat. Les lignes de sa poitrine sont redevenues harmonieuses et naturelles. Ses seins sont souples à la palpation et mobiles vers l’extérieur lors du passage en position allongée.

Cas 5

changement 5 avant
changement 5 avant
changement 5 avant

Avant

Patiente de 35 ans, possédant des prothèses mammaires posées 10 ans auparavant, rondes, remplies de sérum physiologique et posées par voie hémi- mamelonnaire inférieure.

changement 5 après
changement 5 après
changement 5 après

Après

changement 5 allongé

Incision dans l’aisselle associée à une reprise de la première incision hémi-mamelonnaire inférieure de façon à élargir de visu la loge vers le bas et vers l’extérieur.
Les prothèses choisies sont remplies de gel de silicone, rondes, lisses, de 350 cc de volume, de largeur 14,2 cm et de projection 3,1 cm. On note que ces prothèses sont plus larges et moins projetées que les précédentes donnant un aspect plus naturel à la poitrine et permettant un abaissement du sillon sous mammaire et un comblement parfait du « coup de hache externe ».
Ma patiente est ravie, sa poitrine est souple à la palpation et mobile lors des changements de position, notamment lors du passage en position allongée comme on peut le constater sur le cliché allongé ou le sein s’étale légèrement et naturellement sur le côté. Seuls des implants ronds, lisses, mobiles dans une loge un peu plus élargie sur le côté autorisent cet aspect très naturel.

Cas 6

changement 6 avant
changement 6 avant
changement 6 avant

Avant

Patiente de 28 ans, possédant des prothèses posées 6 ans auparavant par voie d’abord hémi-mamelonnaire inférieure. Il s’agit de prothèse remplies de gel de silicone, de forme anatomique qui ont subi une rotation en dedans, complication fréquente, à mon sens, de ce type d’implant et qui m’a fait cesser d’en poser…
Les seins sont asymétriques, avec des sillons sous mammaires de hauteurs différentes et surtout une aréole gauche plus haut située que la droite et regardant en dehors. Ma patiente est prévenue, avant l’opération, que cette anomalie ne pourra sans doute pas être complètement corrigée.

changement 6 après
changement 6 après
changement 6 après

Après

changement 6 après

Après reprise de la même voie d’abord, ablation des prothèses préexistantes qui sont intactes.
Il n’existe pas d’épaississement de la capsule péri prothétique.
Elle ne sera donc pas enlevée mais on pratique un élargissement de la loge notamment en bas et en dehors de façon à abaisser le sillon sous mammaire et à effondrer le « coup de hache externe ». D’autre part, cette loge sera légèrement élargie sur le côté de manière que la prothèse puisse glisser sur environ 1ou 2 cm vers le dehors, lorsque ma patiente passe en position allongée. On peut noter sur le cliché correspondant, l’aspect très naturel de la poitrine. On a l’impression qu’il n’y a pas d’implant.
Ma patiente est très satisfaite du résultat avec des seins très mobiles, souples à la palpation et de forme très naturelle que ce soit en position debout ou couchée.

Cas 7

changement 7 avant
changement 7 avant
changement 7 avant

Avant

Patiente de 48 ans possédant des prothèses mammaires depuis près de 18 ans. Il s’agit de prothèses rondes, remplies de sérum physiologique et dont la prothèse gauche présente une rupture et un dégonflement depuis 8 jours ce qui est très traumatisant psychologiquement.

changement 7 après
changement 7 après

Après

changement 7 allongé

Par voie d’abord et hémi-aréolaire inférieure, ablation des prothèses préexistantes qui sont posées en position rétro pectorale.
Élargissement de la loge vers le bas, le dedans, et le dehors. En conséquence, la poitrine est légèrement plus « pigeonnante » en dedans. Le sillon sous mammaire est abaissé entraînant une augmentation de la longueur du segment III, et latéralement,  le « coup de hache externe » a disparu.
Les sillons sous mammaires sont au même niveau et l’ aréole gauche est légèrement surélevée par rapport à la droite ce qui était également le cas avant l’intervention.
Ma patiente est satisfaite du résultat avec une poitrine aux formes très naturelles, très souple et très mobile comme on peut le constater sur le cliché en position allongée ou la prothèse glisse légèrement le côté, le sein s’ aplatissant.

Cas 8

changement 8 avant

Avant

Patiente de 23 ans possédant des prothèses mammaires depuis 3 ans. Le sein gauche est correct et souple alors que le sein droit présente une contracture à cause d’une coque, c’est-à-dire d’un épaississement de la membrane cellulaire qui entoure la prothèse.

changement 8 après

Après

Décision de changement des 2 prothèses par voie d’abord hémi-aréolaire inférieure.
Du côté droit, on pratique une exérèse de la coque appelée capsulectomie suivie d’une hémostase très soigneuse.
La prothèse, initialement posée en avant du muscle Grand Pectoral, sera posée en arrière de ce muscle afin d’ éviter toute récidive de coque.
La loge est élargie en dedans, en dehors ainsi que vers le bas.
Mise en place de prothèses remplies de gel de silicone, rondes, assez plates, de volume 325 cc et mesurant 13,9 cm de diamètre et 3 cm de projection.
Le résultat à un an après l’intervention permet de constater que les seins sont symétriques, souples, sans récidive de la coque.

Cas 9

changement de prothese avant

Avant

Patiente de 48 ans ayant subi la cure d’une hypotrophie mammaire par mise en place d’implants  mammaires 3 mois auparavant.
Il s’agissait d’implant remplis de gel de silicone rond , le gauche  étant « remonté » très rapidement en postopératoire, selon ma patiente.
Il s’agit donc là d’un défaut technique, les prothèses étant quasiment neuves.

changement de prothese apres

Après

Décision de laisser les mêmes prothèses et d’opérer uniquement le côté gauche avec reprise de l’incision initiale et abaissement du sillon sous mammaire gauche, et élargissement de la partie latérale externe du sein et aussi de sa partie interne.
La membrane péri prothétique n’est pas épaissie. Il n’existe donc pas de coque.
Habituellement, Je remplace toute prothèse sortie à l’extérieur du corps mais, dans ce cas précis, c’est la même prothèse qui est réintroduite après modification de la loge.
Sortie de la patiente le soir même.

Asymétrie mammaire

Cas 1

asymétrie 1 avant

Avant

Patiente de 19 ans présentant une asymétrie mammaire avec une hypotrophie du sein gauche et un affaissement (ou ptôse) du sein droit qui est de volume normal.

asymétrie 1 après

Après

Sein gauche : implantation d’une prothèse mammaire de 250 cc, contenant du gel de silicone, ronde, de 12,7 cm de diamètre sur 2,6 cm de projection, par conséquent très plate, posées par voie d’abord hémi-aréolaire inférieure et en arrière du muscle Grand Pectoral.

Sein droit : rehaussement par cure d’une ptôse mammaire et cicatrice uniquement péri aréolaire.
Ma patiente est ravi du résultat même s’il persiste une très légère asymétrie.

Cas 2

asymétrie 2 avant

Avant

Patiente de 18 ans présentant une asymétrie mammaire avec hypertrophie et affaissement du sein droit alors que le sein gauche est normal.

asymétrie 2 après

Après

Plastie mammaire de réduction du sein droit enlevant 140 g  de glande, en effectuant une cicatrice courte, péri aréolaire et verticale et en utilisant un lambeau d’accolement , technique personnelle de suture évitant au maximum l’ élargissement cicatriciel secondaire.
Le résultat à deux mois montre que le pôle inférieur du sein droit n’est pas encore complètement arrondi.
Ma jeune patiente est très satisfaite du résultat final.

Cas 3

asymétrie 3 avant

Avant

Patiente de 20 ans présentant une asymétrie mammaire avec hypertrophie des 2 seins.

asymétrie 3 après

Avant

Traitement de cette asymétrie par réduction mammaire bilatérale emportant 620 g de glande à gauche et 410 g à droite, pièces qui sont systématiquement confiées à l’histologiste pour examen anatomopathologique.
La technique utilise une cicatrice courte, autour de l’ aréole et verticale associée à un petit trait dans le sillon sous mammaire ne dépassant pas 3 cm de longueur.
Cette cicatrice a été effectuée minutieusement selon une technique personnelle appelée « lambeau d’accolement » afin d’éviter au maximum élargissement secondaire.

Rehaussement mammaire

Cas 1

réhaussement 1 avant
réhaussement 1 avant
réhaussement 1 avant

Avant

Patiente de 33 ans présentant, à la suite d’une grossesse, un affaissement important de sa poitrine avec une asymétrie.

réhaussement 1 après
réhaussement 1 après
réhaussement 1 après

Après

Traitement de cette ptôse mammaire par rehaussement sans mise en place de prothèses :

 — cicatrice est courte : autour de l’aréole et verticale, s’étendant du bord inférieur de l’ aréole jusqu’au sillon sous mammaire . Il n’existe aucune cicatrice dans ce sillon;

 –pas d’exérèse de glande mais simple repositionnement interne, permettant d’éviter la mise en place de prothèses mammaires.

 –la cicatrice a fait l’objet d’une suture selon une technique innovante que j’ai nommée « lambeau d’accolement » afin d’éviter au maximum l’élargissement de la cicatrice même s’ il existe une légère asymétrie persistante;

Le résultat à 8 mois ravi ma patiente qui , avant l’intervention, pensait naturellement aux prothèses qui auraient accentué le risque de relâchement secondaire et de récidive sur sa peau très fragile.

Cas 2

réhaussement 2 avant
réhaussement 2 avant
réhaussement 2 avant

Avant

Patiente de 19 ans, présentant, à la suite d’un trouble de l’élasticité de la peau, un affaissement de sa poitrine (ptôse) et une asymétrie.

réhaussement 2 après
réhaussement 2 après
réhaussement 2 après

Après

Cure de la ptôse par rehaussement simple sans mise en place de prothèses mammaires, ma patiente ne voulant pas d’augmentation du volume de ses seins.
Le résultat à 3 mois note une cicatrice encore visible, ce qui n’est quasiment plus le cas à 1 an

Cette cicatrice est courte : autour de l’aréole et verticale. Aucune cicatrice dans le sillon sous mammaire.
Ma jeune patiente et ravie, son estime de soi et son complexe ayant complètement disparus.

réhaussement 2 cicatrice

Cas 3

réhaussement 3 avant
réhaussement 3 avant
réhaussement 3 avant

Avant

Patiente de 35 ans présentant, à la suite de trois grossesses, un affaissement de sa poitrine (ou ptôse mammaire), associé à une légère asymétrie surtout marquée par un sillon sous mammaire gauche plus haut que le droit, ce qu’on retrouve légèrement en postopératoire.
Ma patiente ne désire pas d’augmentation du volume par prothèse et je la conforte dans sa décision.

réhaussement 3 après
réhaussement 3 après
réhaussement 3 après

Après

Rehaussement mammaire avec repositionnement interne glandulaire et exérèse de 50 g par sein.
Le résultat à 5 mois note :
–une cicatrice encore légèrement visible mais qui n’a rien à voir avec sa cicatrice de l’épaule droite (la patiente craignait beaucoup d’en retrouver le même type sur sa poitrine…) ;
-une cicatrice courte : autour de l’aréole, verticale jusqu’au sillon sous mammaire selon une technique innovante appelée « lambeau d’accolement ». Dans ce cas, j’ai été contraint de réaliser une cicatrice de 2 cm dans le sillon afin de symétriser leur hauteur respective.
Ma patiente est très satisfaite du résultat final.

Gynécomastie

Cas 1

gynecomastie 1 avant

Avant

gynecomastie 1 avant

Patient de 55 ans présentant une gynécomastie bilatérale adipeuse et glandulaire, sans cause reconnue. Par une incision hémi-aréolaire inférieure, exérèse de la glande qui est confiée à l’histologie afin d’éliminer toute pathologie cancéreuse. En fin d’intervention, une lipoaspiration permet d’homogénéiser et de régulariser les contours cutanés de l’exérèse glandulaire.
Au troisième mois après l’opération, on note une rétraction presque complète de l’excédent cutané initialement important. L’ incision hémi-aréolaire inférieure est presque invisible et il n’existe aucune autre cicatrice sur le thorax. L’aspect définitif ne pourra être apprécié qu’un an après l’opération.

gynecomastie 1 après

Après

gynecomastie 1 après

Cas 2

gynécomastie 2 avant

Avant

gynécomastie 2 avant

Patient de 28 ans présentant une hypertrophie mammaire bilatérale à type de gynécomastie, légèrement asymétrique, contenant de la glande et de la graisse, sans cause reconnue.
Par une incision située au bord inférieur de  l’aréole, exérèse de la glande en un seul fragment qui est confiée à l’histologiste.
En fin d’intervention, une lipoaspiration permet d’harmoniser les contours cutanés qui sont irréguliers à cause de l’exérèse glandulaire.
À 6 mois, le résultat est harmonieux et la cicatrice est quasiment invisible.
Mon patient a pu reprendre, sans complexe, la musculation 1 mois après l’ opération.

gynécomastie 2 après

Après

gynécomastie 2 après

Cas 3

gynécomastie 3 avant

Avant

gynécomastie 3 avant

Patient de 22 ans présentant une gynécomastie glandulaire (zone cutanée marquée par un cercle) et graisseuse (zone cutanée marquée par des traits), sans cause évidente retrouvée.
Le traitement associe une exérèse glandulaire par voie d’abord hémi- aréolaire inférieure puis une lipoaspiration permettant l’obtention d’un résultat très naturel, sans ligne de démarcation entre les deux exérèses.
Le résultat à 6 mois montre un résultat très naturel, la cicatrice étant quasiment invisible.

Après

gynécomastie 3 après
gynécomastie 3 après
gynécomastie 3 cicatrice

Reconstruction mammaire

Cas 1

Dr Patrice HILLIGOT BREAST RECONSTRUCTION before surgery

Avant

Dr Patrice HILLIGOT BREAST RECONSTRUCTION before surgery profil

Patiente ayant subi une mammectomie complète du sein gauche. Reconstruction en trois temps :
–mise en place d’un expanseur cutané à gauche et gonflage par du sérum physiologique permettant une augmentation importante du capital cutané ;
–ablation de l’expanseur et mise en place d’une prothèse définitive associée à la création d’un néo sillon sous mammaire ;
–symétrisation du sein droit avec rehaussement et reconstruction de la plaque aréolo-mamelonnaire à gauche.

Dr Patrice HILLIGOT BREAST RECONSTRUTION after surgery face

Après

Dr Patrice HILLIGOT BREAST RECONSTRUTION after surgery profil

Cas 2

Dr Patrice HILLIGOT BREAST RECONSTRUCTION before surgery DEF 3 face

Avant

Dr Patrice HILLIGOT BREAST RECONSTRUCTION before surgery. DEF 3 profil

Patient ayant subi une mammectomie complète du sein droit avec radiothérapie et chimiothérapie secondaires.
Ma patiente désirait depuis longtemps une augmentation du volume de sa poitrine.
Reconstruction mammaire par prothèses :
–mise en place d’une prothèse mammaire d’expansion tissulaire (ou expanseur) du côté droit ;
–après gonflement progressif au sérum physiologique, ablation de l’expanseur et mise en place d’une prothèse définitive à droite et également à gauche;
–création d’un néo sillon sous mammaire et reconstruction de la plaque aréolo-mamelonnaire gauche.

Dr Patrice HILLIGOT BREAST RECONSTRUCTION after surgery face

Après

Dr Patrice HILLIGOT BREAST RECONSTRUCTION after surgery profil

Cas 3

Dr Patrice HILLIGOT BREAST RECONSTRUCTION avant surgerie face

Avant

Dr Patrice HILLIGOT BREAST RECONSTRUCTION avant surgerie profil

Patiente ayant subi une mammectomie complète du sein droit avec radiothérapie et chimiothérapie secondaires.
Décision de reconstruction mammaire par prothèse avec expansion à droite sans création d’un néo sillon et mise en place d’une prothèse du sein gauche avec rehaussement mammaire , la cicatrice étant située uniquement autour de l’aréole.

Dr Patrice HILLIGOT BREAST RECONSTRUCTION apres chirurgie face

Après

Dr Patrice HILLIGOT BREAST RECONSTRUCTION apres chirurgie profil

Cas 4

Avant

Dr Patrice HILLIGOT BREAST RECONSTRUCTION before mammectomie

Patiente avant la mammectomie du sein gauche associée à une radiothérapie et une chimiothérapie secondaires.
Reconstruction par un lambeau de grand dorsal musculocutané et une greffe de la plaque aréolo-mamelonnaire.
L’aspect est très naturel, mais le lambeau à une couleur toujours plus clair que le reste du sein et il existe une cicatrice supplémentaire dans le sillon sous mammaire ce qui n’est pas le cas lors de reconstruction par prothèse.

Après

Dr Patrice HILLIGOT BREAST RECONSTRUCTION after mammectomie and reconstruction

Cas 5

reconstrcution mammaire avant face

Avant

reconstrcution mammaire avant 3 quarts

Patiente ayant subi une mammectomie sous-cutanée du sein gauche sans radiothérapie secondaire.
Reconstruction mammaire par prothèse, expansion cutanée préalable puis mise en place d’une prothèse définitive avec création d’un néo sillon sous mammaire.

reconstrcution mammaire cas5 apres face

Après

reconstrcution mammaire cas5 apres 3 quarts

Cas 6

Dr Patrice HILLIGOT mammary reconstruction before surgery front

Avant

Dr Patrice HILLIGOT mammary reconstruction before surgery

Patient ayant subi une mammectomie du sein gauche avec radiothérapie et chimiothérapie secondaires.
Reconstruction mammaire par prothèse d’expansion tissulaire remplacée après gonflage progressif par une prothèse définitive.
Rehaussement du sein droit et reconstruction de la plaque aréolomamelonnaire gauche.

Dr patrice HILLIGOT reconstruction mammaire post op face

Après

Dr patrice HILLIGOT reconstruction mammaire post op trois quart jpg

Cas 7

Avant

Dr Patrice HILLIGOT BREAST RECONSTRUCTION before surgery def

Patiente ayant présenté une mammectomie complète du sein droit sans radiothérapie secondaire.
Reconstruction mammaire par prothèse d’expansion tissulaire remplacée, après 3 mois de gonflement, par une prothèse définitive. Reconstruction de la plaque aréolo-mamelonnaire droite.
Pas de symétrisation du sein gauche qui présente un bel aspect.

Après

Dr Patrice HILLIGOT BREAST RECONSTRUCTION after surgery def

Cas 8

Dr Patrice HILLIGOT BILATERAL--BREAST RECONSTRUCTION before surgery face

Avant

Dr Patrice HILLIGOT BILATERAL BREAST RECONSTRUCTION before surgery 3 quarts

Patient ayant subi une mammectomie bilatérale avec radiothérapie secondaire et chimiothérapie.
Décision de reconstruction par expansion cutanée bilatérale et, après gonflage d’environ 3 mois, remplacement des expanseurs cutanés par des prothèses définitives en gel de silicone.
Reconstruction des plaque aréolo-mamelonnaires.

Dr Patrice HILLIGOT BILATERAL BREAST RECONSTRUCTION after surgery face

Après

Dr Patrice HILLIGOT BILATERAL BREAST RECONSTRUCTION after surgery 3 quarts

Cas 9

Avant

Dr Patrice HILLIGOT BREAST RECONSTRUCTION before surgery def

Patiente ayant subi une mammectomie partielle du sein droit avec radiothérapie secondaire.
Reconstruction par lambeau musculaire pur de Grand Dorsal, la cicatrice étant située dans l’aisselle droite et ne mesurant pas plus de 8 cm.

Après

Dr Patrice HILLIGOT BREAST RECONSTRUCTION after surgery def

Cas 10

Avant

Dr Patrice HILLIGOT BREAST RECONSTRUCTION after surgery

Patiente présentant une mammectomie complète du sein gauche sans radiothérapie secondaire.
Décision de reconstruction par prothèse d’expansion tissulaire remplacée, après gonflage, par une prothèse définitive de gel de silicone.
À noter que l’absence de création d’un néo sillon sous mammaire ne permet pas l’obtention d’une symétrie parfaite.

Après

Dr Patrice HILLIGOT BREAST RECONSTRUCTION after surgery 12

Cas 11

DR Patrice HILLIGOT BREAST RECONSTRUTION TRAM FLAP DEF face

Avant

DR Patrice HILLIGOT BREAST RECONSTRUTION TRAM FLAP DEF1 34

Patiente ayant subi une mammectomie complète du sein droit avec radiothérapie secondaire.
Cette patiente préfère ne pas bénéficier de la mise en place de prothèse.
Décision de reconstruction par lambeaux de grand endroits pédiculés sur l’artère épigastrique gauche.
Il n’existe aucune cicatrice sur le cinq gauche.

PHOTO-1-Dr Patrice HILLIGOT BREAST RECONTRUCTION TRAM FLAP before surgery

Schéma préopératoire

PHOTO-4-Dr Patrice HILLIGOT TRAM FLAP

Passage du lambeau musculo cutané abdominal en position thoracique et son remodelage en forme de sein

DR Patrice HILLIGOT BREAST RECONSTRUCTION TRAM FLAP 1 DEF 21 Face

Après

DR Patrice HILLIGOT BREAST RECONSTRUCTION TRAM FLAP 1 DEF 21 3 quarts

Mamelons invaginés

Cas 1

Avant

Dr Patrice HILLIGOT mamelon ombiliqué pré op

Invagination ou ombilication mamelonnaire typique, non réductible.
Juste après l’intervention, on constate la réduction de l’invagination et la disparition de la fente mamelonnaire. Il existe une désépidermisation superficielle souvent remplacée par une croûte qui disparaît en 2 semaines.

Après

Dr Patrice HILLIGOT mamelon ombiliqué post op

Cas 2

Avant

Dr Patrice HILLIGOT Mamelon ombiliques pre operatoire def

Patiente présentant une hypotrophie mammaire associée à une ombilication ou invagination du mamelon du sein gauche.
Mise en place de prothèses mammaires remplies de gel de silicone, rondes, placées en arrière du muscle Grand Pectoral et traitement de l’ombilication mamelonnaire gauche selon une technique personnelle dans le même temps opératoire.

Après

Dr Patrice HILLIGOT Mamelon ombiliqués post opératoire

Cas 3

Avant

Dr Patrice HILLIGOT mamelon ombilique pre op

Ombilication mamelonnaire incomplète mais gênante.
Traitement selon une technique personnelle. Le résultat est immédiat et l’on constate une légère désépidermisation superficielle. Les fils sont à enlever 15 jours après l’intervention.

Après

Dr Patrice HILLIGOT mamelon invagine post op
picto 20

Plus de 20 ans d’expérience

pictos conseils

Conseils personnalisés pour votre bien-être

picto mains

Prise en charge globale de chaque patient en pré- et postopératoire

picto satisfaction

Suivi personnalisé jusqu’à satisfaction complète