Chirurgie esthétique à Paris 8e :
correction de l’asymétrie mammaire

L’asymétrie mammaire est définie par une différence de volume et/ou de forme d’un des seins par rapport à l’autre, jugée suffisamment conséquente pour nécessiter une correction chirurgicale.
Cette malformation mammaire qu’elle soit congénitale ou non, devient rapidement gênante sur le plan physique et retentit souvent sur le plan psychologique pouvant être la source de complexes avec perte de confiance et de l’estime de soi.
Il existe deux types d’asymétrie : les asymétries simples et les asymétries avec malformations des seins.
Les asymétries simples peuvent se rencontrer sur des seins de volume normaux, des seins hypertrophiques, ou des seins hypotrophiques, et, tous les cas de figure sont possibles : un sein hypertrophique et l’autre hypotrophique, un sein hypotrophique et l’autre de volume normal, un sein hypertrophique et l’autre de volume normal…
C’est dire la multiplicité des techniques de traitement possible.
Les asymétries avec malformations mammaires se résument aux seins tubéreux ou pendulaires, un chapitre complet leur étant consacrés.

J’interviens sur l’augmentation mammaire par mise en place d’implants ou par lipofilling (ou lipomodelage), la réduction mammaire, le changement de prothèses mammaires et le rehaussement mammaire. Je traite également les malformations mammaires comme les mamelons invaginés ou ombiliqués, les seins tubéreux et, chez l’homme, la gynécomastie. J’interviens également dans la reconstruction des seins après mammectomie plus ou moins complète pour cancer. Retrouvez-moi dans mon cabinet à Paris 8e, à proximité des Champs-Élysées.

Découvrez les photos avant/après.

  1. seins asymétriques
  2. seins asymétriques

Asymétrie mammaire :
présentation des techniques possibles

En règle générale, la correction d’une asymétrie mammaire impose la correction des 2 seins, mais, parfois, la correction d’un seul sein peut donner un excellent résultat.
Les cas d’asymétrie sont extrêmement variés. Aussi les techniques diffèrent d’une patiente à l’autre et d’un sein à l’autre :

la réduction mammaire : consiste à diminuer le volume du sein hypertrophique, en recentrant son aréole à un niveau idéal, au sommet du cône mammaire , et souvent en réduisant le diamètre de cette aréole.
La réduction mammaire impose une cicatrice la plus courte possible exécutée selon une technique minutieuse et innovante appelée lambeau d’accolement que j’ai perfectionnée après de nombreuses années d’expérience afin d’ éviter la visibilité et l’élargissement des cicatrices (voir le chapitre sur la réduction mammaire);

la cure de ptôse mammaire : il s’agit de rehausser un sein affaissé sous l’effet de la pesanteur. Cette intervention impose aussi une cicatrice courte qui doit être de visibilité aussi réduite que possible (voir le chapitre rehaussement mammaire).
À une ptose peut s’associer un volume du sein trop important, et dans ce cas, on enlèvera du tissu mammaire ce qui revient à effectuer une réduction mammaire. Dans d’autres cas, le volume du sein sera trop faible et l’on associera la pose d’ implants mammaires ou mieux un lipofilling ou lipomodelage des seins , c’ est-à-dire un remplissage par de la graisse , donnant de magnifiques résultats à condition que la quantité de graisse disponible soit suffisante et en l’absence de contre-indications;

l’augmentation mammaires par mise en place de prothèses mammaires consiste à implanter des prothèses soit d’un seul côté, soit des deux, le plus souvent en associant un rehaussement mammaire d’un côté voir des deux. Les prothèses peuvent être de volume différent d’un côté par rapport à l’autre mais elles sont toujours, dans ma pratique, remplies de gel de silicone, rondes et possédant un diamètre identique, seule leur projection vers l’avant pouvant varier ;

-l’augmentation mammaire par lipofilling ou lipomodelage consiste à remplir le sein ou les deux par de la graisse prélevée sur la ceinture (ventre, flancs, régions lombaires) ou encore les cuisses voire les genoux. Cette graisse est traitée puis réinjectée dans les seins à l’aide d’une aiguille, les incisions étant minuscules. Le lipomodelage peut être sélectif ou être associé à la pose d’implants mammaires, surtout afin d’harmoniser les contours externes des implants donnant un aspect esthétique plus naturel.

Asymétrie mammaire :
la technique la plus adaptée

Pour corriger votre asymétrie mammaire, je vous conseille naturellement la technique la plus adaptée à vos besoins mais guider également par vos souhaits concernant la forme et le volume définitifs de votre poitrine.
Chaque cas est donc étudié de manière personnalisée, mais il convient de dégager de grandes lignes directrices :

toujours placer l’aréole et son mamelon au sommet du cône mammaire selon une position idéale en accord avec les canons de beauté du sein que j’ai définis après des milliers de mesures de jolis seins et de moins beaux…
Il ressort de ses analyse minutieuses qu’ un sein est toujours considéré à l’œil comme beau, et ce, quelle que soit l’ ethnie considérée quand :

-H TA (ou hémi-base thoracique antérieure) est égale au segment I (plus 1 ou 2 cm si le sein est volumineux, exemple : plus 1 cm en cas de bonnet C et plus 2cm en cas de bonnet D) ;

-H TA est égale à la moitié du segment II ;

-H TA est égale à un tiers du segment III ;

-la valeur d’H T A varie de 14 cm à 22 cm, la moyenne étant de 16,5 cm;

mesures canons

toujours respecter les règles concernant les cicatrices sur les seins qui me sont en partie personnelles et héritées d’une longue expérience de la chirurgie mammaire :

cicatrice courte : toujours péri aréolaire : on ne peut l’éviter. Elle est située à l’union exacte entre la peau pigmentée et la peau alentour ;

parfois associée à une cicatrice verticale, s’étendant de la partie basse de l’aréole jusqu’à rejoindre, vers le bas, le sillon situé sous le sein (ou sillon sous mammaire) ;

 –ne jamais faire de cicatrices longues dans le sillon sous mammaire. Les cicatrices en T inversé ou en ancre de marine ne doivent plus être effectuées. La cicatrice dans le sillon ne doit jamais dépasser 5 cm de longueur, quel que soit le volume de glande enlevé et quelle que soit la quantité de peau également enlevée ;

cicatrice effectuée selon un lambeau d’accolement : technique innovante et personnelle qui permet d’éviter au maximum l’élargissement de la cicatrice. Après une intervention de réduction de la peau du sein, la poitrine est toujours plaquée contre le thorax. Elle n’a pas sa forme définitive qu’il acquerra après 3 mois d’évolution. On dit que le sein « se met en place » et ceci aux dépens des cicatrices qui vont avoir tendance à s’élargir sous l’effet du poids de la glande.
Afin d’éviter cet élargissement, la cicatrice est initialement effectuée au sommet d’une sorte de bourrelet de peau lequel, disgracieux au début, va progressivement s’aplatir et permettre la « mise en place » du sein pendant les premières semaines sans élargissement cicatriciel important. C’est ce bourrelet qui donne la quantité de peau nécessaire à la mise en place de la forme définitive du sein et cela sans obérer la qualité des cicatrices

Asymétrie mammaire :
les résultats

Dès le lendemain de l’opération, ma patiente constate, du premier coup d’œil, les bienfaits de l’intervention et la symétrie retrouvée de sa poitrine. Elle peut désormais vivre en harmonie avec son corps, son complexe disparaissant progressivement. On constate également une amélioration de l’estime et de la confiance en soi.
En revanche, il faudra attendre 2 à 3 mois pour obtenir un beau résultat sur le galbe et au moins 8 à 12 mois pour obtenir une maturation des cicatrices quand elles existent.
En fait, l’aspect final est à son apogée 2 ans après l’intervention.

Asymétrie mammaire :
les complications possibles

Les complications de ses interventions d’asymétrie mammaire sont rares mais doivent être connues :

– phlébite et sa complication, l’embolie pulmonaire, doivent être systématiquement prévenues par l’arrêt du tabac et d’une éventuelle contraception orale 1 mois avant l’intervention, par le port de bas de contention 8 jours avant l’opération en cas de varices, d’antécédents de phlébite personnel ou dans la famille, par l’ injection, selon les cas, d’anticoagulants la veille de l’intervention, par le lever précoce ;
hématome : prévenu systématiquement par un bilan préopératoire de la coagulation, par une hémostase très soigneuse pendant l’opération et toujours de visu, par le drainage presque systématique au moins pendant quelques heures ;
les troubles de la sensibilité aréolaire ; le plus souvent transitoire ;
les complications propres à la mise en place de prothèses;
les troubles de cicatrisation.

Les complications sont très rares et la satisfaction de mes patientes est, dans l’immense majorité des cas, excellente.

picto 20

Plus de 20 ans d’expérience

pictos conseils

Conseils personnalisés pour votre bien-être

picto mains

Prise en charge globale de chaque patient en pré- et postopératoire

picto satisfaction

Suivi personnalisé jusqu’à satisfaction complète